Question 287 — Que signifie “La dernière question laissée sans réponse”?

Q : La section dans le texte d’Un cours en miracles qui m’intéresse particulièrement est

“La dernière question laissée sans réponse” (T-21.VII).

Pourriez-vous expliquer ce que signifie cette section?

 

R : Le sujet principal de cette section est le pouvoir de notre esprit de choisir – à la fin, pour rejeter l’ego. Le paragraphe sept rend tout à fait clair que ce cours traite de changer notre esprit et non le monde. C’est un cours en cause (les choix que nous faisons dans notre esprit) et pas en effet (le comportement).

Jésus explique que lorsque nous nous sentons impuissants, nous confirmons le déni de notre identité véritable en tant que Fils de Dieu qui ne peut jamais être impuissant. Dès que cette dissociation est accomplie, nous craignions la puissance authentique de notre esprit vue comme “l’ennemi”, et une “armée d’impuissants” surgit pour combattre cette menace mortelle. Jésus décrit, bien sûr, le champ de bataille dans notre esprit, dont nous n’avons pas conscience à cause de la dynamique égoïque du déni et de la projection. La haine bouillonne en nous, mais nous l’attribuons toujours à quelque forme de mal à l’extérieur que nous nous croyons avoir droit d’attaquer et de détruire.

Jésus fait aussi allusion à la futilité et à la sottise fondamentales des armées apparemment puissantes dans le monde. Nous devons faire durer ce système pour écarter un sort encore pire, soit de reconnaître qu’il n’y a pas d’ennemi à l’extérieur et que nous nous sommes rendus impuissants nous-mêmes en choisissant de croire au système de pensée de séparation et péché. La raison nous dirait cela si seulement nous choisissions de la consulter (consulter nos esprits justes).

Les trois questions énoncées au paragraphe cinq traitent de notre choix d’exister dans ce monde où nous semblons être les victimes innocentes de forces au-delà de notre contrôle. Notre sentiment d’impuissance à remédier à nos conditions de vie a un but. Il nous empêche de faire l’expérience de la véritable puissance de notre esprit de faire un autre choix et de nier le déni de la vérité.

C’est pourquoi la quatrième question – la dernière question laissée sans réponse – est:

“Est-ce que je veux voir ce que j’ai nié parce que c’est la vérité?” (T-21.VII.5:14)

Quand nous avons répondu par l’affirmative aux trois premières questions, nous disons que nous avons changé d’esprit et ne voulons vraiment plus être les victimes du monde. Mais la dernière question demande que nous regardions notre décision de choisir la culpabilité et aussi la raison pour laquelle nous la soutenons. À moins d’inverser cette décision de choisir la culpabilité, nous allons continuer de nier la présence de l’amour et continuerons de la projeter. En plus d’admettre que notre manque de paix ou de bonheur n’est pas la faute du monde – c’est notre propre faute – nous devons nous rendre compte que la culpabilité en nous est un choix délibéré de nier la vérité de l’Expiation et ensuite de choisir de la rejeter. Jusqu’à ce que nous fassions ce choix, nous allons hésiter tout le temps. Répondre “oui” à la dernière question “doit vouloir dire ‘pas non’” (T-21.VII.12:4); cela veut dire que je ne veux plus être qui je pense être: séparé, unique, autonome, indépendant, libre et particulier. Je ne veux plus me voir comme différent de l’Amour de Dieu.

 

[ Audio ]