Le Glossary-Index for A Course in Miracles  (Glossaire et Index d'Un cours en miracles®) fut un des premiers livres de Kenneth Wapnick. La première édition fut publiée en 1982. La traduction de ces extraits se base sur la 7e édition révisée de 2014, encore menée à bien sous la direction de Kenneth Wapnick (la traduction française est en cours de révision).

 

A C D E F G
I J M P R S
T U V

 

A 


 

amour

connaissance: l’essence de l’être de Dieu et de Sa relation avec Sa création qui ne change pas et est éternelle; au-delà des définitions et de l’enseignement, elle ne peut qu’être ressentie ou connue une fois que les barrières de la culpabilité ont été enlevées par le pardon.

perception véritable: impossible dans le monde illusoire de la perception, or s’exprime ici par le pardon; l’émotion donnée par Dieu par opposition à l’émotion de l’ego, la peur, et qui se reflète dans chaque expression de jonction véritable avec autrui.

 

attaque

tentative de justifier la projection de la culpabilité sur autrui et d’ainsi démontrer leur peccabilité et leur culpabilité pour s’en sentir libéré; vu que l’attaque est toujours une projection, elle projette la responsabilité de la séparation et n’est jamais justifiée; également utilisé pour indiquer la pensée de séparation d’avec Dieu, pour laquelle nous croyons que Dieu nous attaquera et punira à Son tour;

note: “attaque” et “colère” sont utilisées pratiquement comme synonymes.

 

C 


 

cause et effet

cause et effet sont interdépendants, car l’existence de l’un détermine l’existence de l’autre; de plus, si quelque chose n’est pas une cause cela ne peut pas exister, car tout être a des effets:

connaissance: Dieu est la seule Cause, et Son Fils est Son Effet;

perception: la pensée de séparation – le péché – est la cause du rêve de la souffrance et de la mort qui est l’effet du péché; le pardon défait le péché en démontrant que le péché n’a pas d’effet, c’est à dire, la paix de Dieu et notre relation aimante avec Lui n’est touchée d’aucune manière par ce que d’autres nous ont fait; le péché, n’ayant pas d’effets, ne peut donc pas être une cause et ne peut pas exister.

 

le Christ

la deuxième personne de la Trinité; le seul Fils de Dieu ou la totalité de la Filialité; le Soi que Dieu a créé par extension de Son pur-esprit; bien que le Christ crée comme Son Père, Il n’est pas le Père, car Dieu a créé le Christ, mais le Christ n’a pas créé Dieu;

note: n’égale pas exclusivement Jésus;

voir: créations, vision

 

le Ciel

le monde non duel de la connaissance où demeurent Dieu et Sa création dans l’unité parfaite de Sa Volonté et de Son pur-esprit; bien qu’il exclue le monde de perception, le Ciel peut être reflété ici dans la relation sainte et le monde réel;

voir: connaissance

 

colère: voir attaque

 

communication

connaissance: synonyme de création, elle est une expression de notre relation unifiée avec Dieu qui peut être comparée à un flux de pur-esprit et d’amour; seul le pur-esprit peut communiquer, contrairement à l’ego, qui par nature est séparé;

perception véritable: nous faisons l’expérience de la communication dans notre esprit juste par le Saint-Esprit, en permettant que Son Amour soit répandu par nous.

 

connaissance

le Ciel, ou le monde de Dieu d’avant la séparation, Sa création unifiée, dans laquelle il n’y a ni différences ni formes et donc qui exclut le monde de la perception; à ne pas confondre avec le sens courant de “connaissance” qui présuppose le dualisme d’un sujet qui connaît et d’un objet qui est connu; dans le Cours elle reflète l’expérience pure de la non-dualité sans dichotomie de sujet et objet;

voir: le Ciel

 

corps

niveau I: l’incarnation de l’ego; la pensée de séparation projetée par l’esprit et prenant forme; témoin de l’apparente réalité de la séparation en étant une limite à l’amour qu’il exclut de notre conscience; il contient et le corps physique et la personnalité;

niveau II: neutre par nature, il est ni “bon” ni “mauvais”; c’est l’esprit qui lui donne son but;

­fausseté d’esprit: symbole de la culpabilité et de l’attaque;

justesse d’­esprit: le moyen pour enseigner et apprendre le pardon, par lequel la culpabilité de l’ego est défaite; l’instrument du salut par lequel parle le Saint-Esprit.

 

création

l’extension de l’être de Dieu ou pur-esprit, la Cause qui eut pour résultat Son Fils qui est Son Effet; elle est décrite comme l’Avènement du Christ; la fonction du Fils au Ciel est de créer, comme c’était la fonction de Dieu en Le créant;

note: n’a lieu qu’au niveau de la connaissance et n’équivaut pas à la création ou la créativité tels que ces mots sont utilisés dans le monde de perception;

voir: créations

 

créations

les extensions de notre pur-esprit, les effets de notre créer, en analogie avec la création lorsque Dieu créa Son Fils par extension de Soi-même; en tant qu’extensions du Christ, nos créations font partie de la deuxième personne de la Trinité; la création est continue au Ciel, au-delà du temps et de l’espace, et indépendante de ce que le Fils n’en ait pas conscience en ce monde;

voir: création

 

crucifixion

symbole de l’attaque de l’ego contre Dieu et donc contre Son Fils, elle témoigne de la “réalité” de la souffrance, du sacrifice, de la victimisation et de la mort que le monde semble manifester; renvoie également à la mise à mort de Jésus, exemple extrême qui enseigna que notre véritable Identité d’amour ne peut jamais être détruite, car la mort n’a aucun pouvoir sur la vie.

 

culpabilité

le sentiment éprouvé par rapport au péché; son reflet, à partir de notre esprit, se retrouve dans tout sentiment négatif et toute croyance négative que nous avons à propos de nous-mêmes et qui sont pour la plupart inconscients; elle repose sur un sentiment inhérent de ne pas être digne qui semble être au-delà même du pouvoir du pardon de Dieu Qui, comme nous croyons à tort, exige la punition à cause de notre apparent péché de séparation contre Lui; suivant le conseil de l’ego qui veut que de regarder la culpabilité nous détruirait, nous nions sa présence dans notre esprit pour ensuite la projeter vers l’extérieur sous forme d’attaque, soit comme colère contre autrui, soit comme maladie contre notre propre corps;

voir: principe de manque

 

D 


 

décision

la dernière liberté qui nous reste en tant que prisonniers de ce monde est le pouvoir de décision; inconnue au Ciel, la décision est nécessaire ici, car c’est notre décision de nous séparer de notre Source qui doit être corrigée; cela s’accomplit en choisissant le Saint-Esprit au lieu de l’ego, la justesse d’esprit au lieu de la fausseté d’esprit.

  

déni

fausseté d’esprit: éviter la culpabilité en poussant la décision qui l’a faite hors de la conscience, ce qui la rend inaccessible à la correction ou Expiation; équivaut à peu près au refoulement; protège la croyance de l’ego qu’il est notre source, pas Dieu.

justesse d’esprit: utilisé pour nier l’erreur et affirmer la vérité: nier “le déni de la vérité”.

  

dernier pas

ce pas qui appartient à Dieu se fait lorsque l’Expiation est complète et toute interférence de l’ego a été enlevée; quand rien ne reste pour nous séparer de Dieu, Il fait le dernier pas et nous élève à Lui; proprement parlant, Dieu ne fait pas de pas – l’expression se rapporte en fait à l’expérience que nous faisons de retourner à notre Source Que nous n’avons jamais véritablement quittée.

  

Dieu

la première personne dans la Trinité, le Créateur, la Source de tout être ou toute vie; le Père Dont la Paternité est établie par l’existence de Son Fils, le Christ; la Cause Première, Dont le Fils est l’Effet; l’essence de Dieu est pur-esprit qu’Il partage avec toute la création, dont l’unité est l’état du Ciel.

  

douleur: voir souffrance

 

E 


 

ego

la croyance à la réalité du soi séparé, ou du faux soi, fait comme substitut du Soi Que Dieu créa; la pensée de séparation qui donne lieu au péché, à la culpabilité et à la peur, et à un système de pensée basé sur la particularité pour se protéger; la partie de l’esprit qui croit être séparée de l’Esprit du Christ; cet esprit divisé contient deux parties: la fausseté d’esprit et la justesse d’esprit; il est pratiquement toujours utilisé pour indiquer la fausseté d’esprit, mais peut contenir la partie de l’esprit divisé qui peut apprendre à choisir la justesse d’esprit;

note: n’équivaut pas à l’“ego” de la psychanalyse, mais à peu près à la psyché tout entière dont l’“ego” psychanalytique fait partie.

 

esprit

connaissance: l’agent activateur du pur-esprit auquel il équivaut à peu près et auquel il fournit son énergie créatrice;

perception: l’agent du choix: nous avons la liberté de croire que notre esprit peut être séparé ou coupé de l’Esprit de Dieu (fausseté d’esprit), ou qu’il peut Lui revenir (justesse d’esprit); l’esprit divisé peut donc être compris comme contenant trois parties: l’esprit faux, l’esprit juste et la partie de l’esprit qui choisit entre les deux (décideur ou preneur de décision); ne pas confondre avec le cerveau qui est un organe physique et ainsi un aspect de notre soi corporel;

voir: Esprit de Dieu

 

Esprit de Dieu

équivaut à la fonction créatrice de Dieu qui représente l’agent activateur du pur-esprit et lui fournit son énergie créatrice; en tant qu’extension de Dieu, l’Esprit du Christ – la Pensée de Dieu – partage les attributs de l’Esprit de Dieu – l’Unité d’esprit; après la séparation, l’Esprit du Christ sembla divisé en deux: l’Esprit et l’esprit.

 

éveil

le Cours parle de la séparation comme d’un rêve duquel nous devons nous éveiller; par conséquent, le salut consiste à entendre le Saint-Esprit – l’Appel à l’éveil – en nous-mêmes et en nos frères, et ainsi à accepter l’unité entre nous tous, ce qui défait la séparation qui donna lieu au rêve au départ.

 

Expiation

le plan de correction du Saint-Esprit pour défaire l’ego et guérir la croyance à la séparation; apparut après la séparation et sera complétée lorsque chaque Fils séparé aura rempli son rôle dans l’Expiation par le pardon total; son principe est que la séparation n’a jamais eu lieu.

 

F 


 

face du Christ

symbole du pardon, la face de la véritable innocence que nous voyons en autrui lorsque nous regardons avec la vision du Christ, libre de nos projections de culpabilité; c’est donc l’extension de l’impeccabilité que nous voyons en nous, indépendamment de ce que voient peut-être nos yeux physiques;

note: à ne pas confondre avec la face de Jésus ni quoique ce soit d’extérieur.

 

fausseté d’esprit

La partie de nos esprits séparés et divisés qui contient l’ego – la voix du péché, de la culpabilité, de la peur et de l’attaque; nous sommes sollicités à plusieurs reprises de choisir la justesse d’esprit à la place de la fausseté d’esprit qui nous emprisonne encore davantage dans le monde de séparation.

 

Fils de Dieu

connaissance: la deuxième personne de la Trinité; le Christ Qui est notre véritable Soi;

perception: notre identité en tant que Fils séparés, ou le Fils de Dieu en tant qu’ego avec un esprit faux et un esprit juste; l’expression biblique “fils de l’homme” n’est utilisée que rarement pour désigner le Fils étant séparé.

 

fonction

connaissance: la création, l’extension de l’Amour de Dieu ou du pur-esprit; Dieu crée Son Fils, le Christ, qui à son tour crée comme Son Père; notre fonction de créer, continuelle jusqu’en éternité, est rendue à notre conscience lorsque l’Expiation est complétée.

perception: le pardon, la guérison, le salut et l’acceptation de l’Expiation pour nous-mêmes; notre “fonction particulière” consiste à pardonner nos relations particulières; la fonction du Saint-Esprit consiste à mener à bien le plan de l’Expiation en rappelant à chaque Fils de Dieu sa fonction particulière.

 

G 


 

guérison

correction dans l’esprit de la croyance à la maladie qui rend la séparation et le corps réels; l’effet de la jonction avec autrui en pardonnant, ce qui fait passer la perception de corps séparés – la source de toute maladie – vers notre but commun de guérir en ce monde; vu que la guérison se base sur la croyance que notre véritable Identité est pur-esprit et non pas le corps, la maladie de toute sorte doit être illusoire, car seuls un corps ou un ego peut souffrir; ainsi, la guérison reflète le principe qu’il n’y a pas d’ordre de difficulté dans les miracles.

 

I 


 

“les idées ne quittent pas leur source”

exprime la loi de cause et effet, car la cause et l’effet ne peuvent être séparés: une idée ne peut pas quitter l’esprit qui l’a pensée;

connaissance: l’extension de la Pensée de Dieu, Son Fils, n’a jamais quitté sa Source, car ce qui est de Dieu ne peut jamais être séparé de Lui;

perception: le monde de séparation n’a jamais quitté sa source dans l’esprit séparé, bien qu’il semble être en dehors de lui; il n’y a donc pas de monde matériel, seulement l’illusion projetée d’un monde;

fausseté d’esprit: projection de la culpabilité hors de notre esprit par l’attaque consolide sa présence dans l’esprit qui l’a pensée;

­justesse d’esprit: l’extension de l’Amour du Saint-Esprit par le pardon – Le voir en autrui – augmente la conscience de Sa Présence aimante en nous-mêmes.

 

idole

symbole de la substitution de l’ego à notre véritable Soi ou Dieu; croyance erronée qu’il puisse y avoir autre chose ou plus que Dieu et donc séparé de Lui, croyance qui est ensuite projetée sur les relations particulières: avec des personnes, des choses ou des idées; l’antéchrist.

  

illusion

quelque chose que l’on croit réel, mais qui ne l’est pas; l’illusion fondamentale est la séparation d’avec Dieu, sur laquelle reposent toutes les manifestations du monde séparé qui peuvent être comprises comme des distorsions de la perception, c’est-à-dire voir l’attaque au lieu d’un appel à l’amour, le péché au lieu de l’erreur; les illusions du monde consolident la croyance que le corps a une valeur en soi et est source de plaisir et douleur; le pardon est l’illusion finale, pardonnant ce qui n’a jamais été, et mène au-delà de toute illusion à la vérité de Dieu.

 

instant saint

l’instant hors du temps dans lequel nous choisissons le pardon au lieu de la culpabilité, le miracle au lieu de la rancœur, le Saint-Esprit au lieu de l’ego; exprime le petit désir de vivre dans le présent qui s’ouvre sur l’éternité, au lieu de s’accrocher au passé et de craindre le futur, ce qui nous retient en enfer; utilisé également pour désigner le dernier instant saint, le monde réel, l’aboutissement de tous les instants saints que nous avons choisis tout au long du chemin.

 

J 


 

Jésus

la source du Cours, dans lequel il est la première personne ou “je”; celui qui compléta son rôle dans l’Expiation en premier, ce qui lui permet d’être chargé du plan entier; en transcendant son ego, Jésus s’est identifié au Christ et dès lors peut nous servir de modèle pour l’apprentissage; il est l’aide omniprésente quand nous tournons vers lui notre désir de pardonner;

note: à ne pas identifier exclusivement au Christ, la seconde personne de la Trinité.

 

jugement

connaissance: au sens strict, Dieu ne juge pas, car ce qu’Il crée est parfait et ne fait qu’un avec Lui; les renvois du Cours au Jugement de Dieu expriment Sa re-connaissance de Son Fils en tant que Son Fils, aimé à tout jamais et ne faisant qu’un avec Lui;

perception

fausseté d’esprit: condamnation par laquelle tous sont séparés entre ceux qui sont à haïr et ceux qui sont à “aimer”, jugement qui se base toujours sur le passé;

 justesse d’esprit: vision par laquelle tous les autres sont vus comme soit exprimant l’amour, soit faisant appel à l’amour, jugement inspiré par le Saint-Esprit qui se fonde toujours sur le présent;

voir: Jugement dernier (final)

 

Jugement dernier (final)

connaissance: contrasté avec le point de vue traditionnel du christianisme de jugement et de punition, il reflète la relation aimante de Dieu avec tous Ses Fils; Son Jugement dernier;

perception véritable: contrasté avec le point de vue traditionnel du christianisme de jugement et de punition, il équivaut à la fin de l’Expiation quand, à la suite du second Avènement, la dernière distinction est faite entre vérité et illusion, toute culpabilité est défaite et la pleine conscience nous est rendue en tant que Christ, le Fils du Dieu vivant.

 

justesse d’esprit

la partie de notre esprit séparé qui contient le Saint-Esprit, la Voix du pardon et de la raison; nous sommes sollicités à plusieurs reprises de la choisir à la place de la fausseté d’esprit, de suivre le Saint-Esprit comme guide au lieu de l’ego, et ainsi de revenir à l’Unité d’esprit du Christ.

 

justice

la correction du Saint-Esprit de l’injustice du monde; croyance que les Fils de Dieu sont tout autant aimés et tout aussi saints les uns que les autres, ce qui défait les jugements basés sur la séparation; la fin du sacrifice et de la croyance que le gain de l’un est la perte d’un autre; appelée “la pierre sur laquelle repose le salut”.

 

M 


 

magie

tentative de résoudre un problème où il n’est pas, c’est-à-dire essayer de résoudre un problème qui se trouve dans l’esprit par des moyens physiques ou “sans esprit”: stratégie de l’ego pour garder le vrai problème – c.-à-d. la croyance à la séparation – loin de la Réponse de Dieu; la culpabilité est projetée en dehors de l’esprit sur autrui (attaque) ou le propre corps (maladie); c’est là qu’on essaye de le corriger au lieu de l’apporter au Saint-Esprit pour qu’il soit défait; appelé “fausse guérison” dans Le chant de la prière.

 

maladie

conflit dans l’esprit (culpabilité) déplacé sur le corps; la tentative de l’ego pour se défendre contre la vérité (pur-esprit) en concentrant l’attention sur le corps; un corps malade est l’effet de l’esprit malade ou divisé qui en est la cause et représente le désir de l’ego de rendre autrui coupable en se sacrifiant et en projetant la responsabilité de l’attaque sur lui;

voir: souffrance

 

miracle

le changement d’esprit qui fait passer notre perception du monde égoïque de péché, de culpabilité et de peur au monde de pardon du Saint-Esprit; inverse la projection en rendant à l’esprit sa fonction causative et nous permet de choisir à nouveau; transcende les lois de ce monde pour refléter les lois de Dieu; s’accomplit en nous joignant au Saint-Esprit ou à Jésus ce qui est le moyen de guérir notre propre esprit et l’esprit d’autrui;

note: ne pas confondre avec l’interprétation traditionnelle du miracle comme changement de phénomènes extérieurs.

 

monde

niveau I: L’effet de la croyance de l’ego à la séparation qui en est la cause. La pensée de séparation et d’attaque contre Dieu qui a pris forme. En tant qu’expression de la croyance au temps et à l’espace, il n’a pas été créé par Dieu Qui transcende entièrement le temps et l’espace; à moins de concerner concrètement le monde de connaissance, il se rapporte seulement à la perception, le domaine de l’ego d’après la séparation;

niveau II

fausseté d’esprit: prison de séparation qui renforce la croyance de l’ego au péché et à la culpabilité, ce qui perpétue l’existence apparente de ce monde;

justesse d’esprit: l’école où nous apprenons nos leçons de pardon qui est le mécanisme d’enseignement du Saint-Esprit pour nous aider à transcender le monde; ainsi, le but du monde est de nous enseigner qu’il n’y a pas de monde;

voir: monde réel

 

monde réel

L’état d’esprit dans lequel le monde de perception est délivre par le pardon total des projections de culpabilité que nous lui avons imposées: ainsi, c’est l’esprit qui a changé et non pas le monde, et nous voyons avec la vision du Christ qui bénit au lieu de condamner; le rêve heureux du Saint-Esprit; la fin de l’Expiation qui défait nos pensées de séparation et permet à Dieu de faire le dernier pas.

 

mort

esprit faux: le dernier témoin de l’apparente réalité du corps et de la séparation d’avec notre Créateur Qui est la vie; si le corps meurt, il doit avoir vécu, ce qui signifie que son faiseur – l’ego – doit également être réel et vivant; vue par l’ego, elle est aussi la punition ultime de notre péché de la séparation d’avec Dieu;

esprit juste: le déposer calme du corps après qu’il a rempli son but en tant qu’outil d’enseignement.

 

P 


  

pardon

regarder notre particularité avec le Saint-Esprit ou avec Jésus, sans culpabilité ni jugement; notre fonction particulière qui fait passer la perception d’autrui comme “ennemi” (haine particulière) ou comme “idole sauveuse” (amour particulier) à celle de frère ou d’ami, ce qui lui enlève toute projection de culpabilité; expression du miracle ou de la vision du Christ qui voit tout le monde uni dans la Filialité de Dieu et regarde au-delà des différences apparentes qui reflètent la séparation: percevoir le péché comme réel rend donc le pardon véritable impossible; reconnaître que ce que nous pensions nous a été fait, nous l’avons fait à nous-mêmes, car nous sommes responsables de nos scénarios et par conséquent sommes les seuls à pouvoir nous priver de la paix de Dieu: c’est pourquoi nous pardonnons à autrui ce qu’il ne nous a pas fait, et non pas ce qu’il nous a fait;

voir: regarder l’ego

 

Parole de Dieu

la “réponse” de Dieu à la séparation; utilisée à différents endroits pour différents aspects de cette réponse, par exemple: pardon, paix, Expiation et le Saint-Esprit;

note: ne se rapporte pas à Jésus ou au Christ comme dans la Bible.

 

péché

la croyance à la réalité de notre séparation d’avec Dieu que l’ego voit comme un acte qui ne peut pas être corrigé, parce qu’il représente une attaque contre notre Créateur Qui par conséquent ne nous pardonnerait jamais; mène à la culpabilité qui demande la punition; équivaut à la séparation et est le concept central dans le système de pensée de l’ego, duquel tous les autres découlent logiquement; pour le Saint-Esprit, il est une erreur dans notre pensée qui doit être corrigée et donc pardonnée et guérie.

 

Pensées de Dieu

connaissance: l’extension non spatiale de l’Esprit de Dieu ou pur-esprit; comprend toute création, notre véritable Soi tout comme nos propres créations; faisant partie de Dieu, Ses Pensées partagent Ses attributs et sont unifiées, éternelles, sans forme, créatrices et inchangeables;

perception vraie: utilisé parfois pour faire allusion aux pensées du monde réel, par exemple paix, salut, guérison, et miracle.

 

perception

niveau I: le monde duel de formes et de différences d’après la séparation et le monde non-duel de la connaissance s’excluent mutuellement; le premier émane de notre croyance à la séparation et n’a pas de réalité en dehors de cette pensée;

niveau II: vient de la projection: ce que nous voyons à l’intérieur détermine ce que nous voyons à l’extérieur de nous-mêmes; cruciale dans la perception est donc notre interprétation de “la réalité” plutôt que ce qui paraît objectivement réel;

fausseté d’esprit: la perception du péché et de la culpabilité renforce la croyance à la réalité de la séparation;

justesse d’esprit: la perception des occasions de pardonner sert à défaire la croyance à la réalité de la séparation;

voir perception véritable

 

perception véritable

voir avec les yeux du Christ, la vision de pardon qui corrige les malperceptions de séparation de l’ego et reflètent la véritable unité du Fils de Dieu; n’égale pas la vue physique; elle est l’attitude qui défait les projections de la culpabilité et permet de voir le monde réel à la place du monde de péché, de peur, de souffrance et de mort;

voir perception

 

périodes de perturbation

notre culpabilité et notre peur ne peuvent être défaites sans leur faire face lors des occasions de pardon dont se sert le Saint-Esprit; c’est ce regard honnête dans notre esprit avec le Saint-Esprit ou avec Jésus – processus que l’ego conseille – qui mène à des périodes de perturbation et d’anxiété que nous ressentons presque inévitablement lors du processus qui consiste à passer de la fausseté d’esprit à la justesse d’esprit.

 

peur

l’émotion de l’ego, contrasté avec l’amour qui est l’émotion à nous donnée par Dieu; elle a son origine dans la punition que nous attendons pour nos péchés que demande notre culpabilité; la terreur qui en résulte à cause de ce que nous croyons mériter nous pousse – par la dynamique du déni et de la projection – à nous défendre en attaquant autrui, ce qui ne fait qu’augmenter notre sentiment de vulnérabilité et de peur et ainsi établit un cercle vicieux de peur et de défense.

 

pont

symbole de transition de la perception à la connaissance qui est égalé de façon variée au Saint-Esprit, au monde réel et au dernier pas de Dieu; utilisé également pour signifier le passage de la perception fausse à la perception véritable et au monde réel.

 

porter les ténèbres (illusions) à la lumière (vérité)

processus qui défait le déni et la dissociation et exprime la décision de porter notre culpabilité à la lumière du Saint-Esprit afin qu’elle soit regardée et pardonnée, au lieu de, effrayés, la garder dans les ténèbres de notre esprit inconscient où elle ne pourrait jamais être ni vue ni défaite; vivre dans les illusions apporte maladie et douleur, les porter à la vérité est la guérison et le salut.

 

principe de manque

un aspect de la culpabilité; la croyance que nous sommes vides et incomplets et manquons de ce dont nous avons besoin; cela nous mène à chercher des idoles ou des relations particulières pour combler le manque que nous ressentons en nous; est inévitablement projeté sur des sentiments de privation qui nous font croire que d’autres nous privent de la paix qu’en réalité nous nous sommes enlevée à nous-mêmes; contrasté avec le principe d’abondance de Dieu.

 

processus

Un cours en miracles souligne que dans le rêve de séparation le pardon se fait au fil du temps et est donc un processus de croissance; notre peur de l’Amour de Dieu est si grande que pour nous protéger nous nous accrochons à notre particularité; par conséquent, nous devons apprendre avec douceur et patience que la culpabilité et l’attaque de l’ego renforcent la douleur, alors que le pardon du Saint-Esprit mène à la joie;

voir: périodes de perturbation

 

projection

loi fondamentale de l’esprit: “la projection fait la perception” – ce que nous voyons à l’intérieur détermine ce que nous voyons au-dehors de notre esprit;

fausseté d’esprit: renforce la culpabilité en la déplaçant sur autrui pour l’y attaquer et en nier la présence en nous-mêmes; tentative pour déplacer la responsabilité de la séparation de nous vers autrui;

justesse d’esprit: principe de l’extension qui défait la culpabilité en laissant le pardon du Saint-Esprit s’étendre (se projeter) par nous.

 

pur-esprit

la nature de notre réalité véritable qui, étant de Dieu, est inchangeable et éternelle; contraste avec le corps, l’incarnation de l’ego, qui change et meurt; la Pensée dans l’Esprit de Dieu qui est le Christ unifié.

 

R 


 

raison

justesse d’esprit: penser en accord avec le Saint-Esprit, le choix de le suivre comme Guide et d’apprendre Ses leçons de pardon; voir l’impeccabilité à la place du péché, et choisir la vision au lieu du jugement;

note: à ne pas confondre avec le rationalisme.

 

regarder l’ego

l’essence du pardon: regarder notre système de pensée égoïque avec la douceur qui ne juge pas et la patience du Saint-Esprit ou de Jésus qui ne juge pas; étant donné que c’est la culpabilité qui nous empêche de regarder notre particularité, soutenant ainsi l’ego et nous cachant continuellement sa véritable nature, c’est regarder sans jugement nos pensées d’attaque qui défait l’ego: ainsi, regarder l’ego sans culpabilité et sans peur est l’essence de l’Expiation;

voir: porter les ténèbres (illusions) à la lumière (vérité)

 

relation sainte

le moyen du Saint-Esprit pour défaire la relation non-sainte ou particulière en passant du but de culpabilité au but de pardon ou de vérité; le processus de pardon par lequel quelqu’un qui a perçu autrui comme étant séparé se joint à lui dans son esprit par la vision du Christ.

 

relations particulières

relations sur lesquelles nous projetons la culpabilité en les substituant à l’amour et à notre véritable relation avec Dieu; défenses qui renforcent la croyance au principe de manque, tout en le défaisant apparemment – faisant ce qu’elles voudraient défendre – car les relations particulières tentent de combler le manque perçu en nous en prenant d’autrui, qui inévitablement est vu comme étant séparé, ce qui renforce la culpabilité qui en fin de compte provient de croire à la séparation d’avec Dieu: la pensée d’attaque qui est la source première de notre sentiment de manque; toute relation en ce monde commence comme relation particulière, car elle commence avec la perception de séparation et de différences que le Saint-Esprit doit ensuite corriger par le pardon, ce qui rend la relation sainte; la particularité prend deux formes: la haine particulière justifie la projection de culpabilité par l’attaque; l’amour particulier cache l’attaque dans l’illusion d’amour, dans laquelle nous croyons que nos besoins particuliers sont comblés par des personnes particulières avec des attributs particuliers pour lesquels nous les aimons: en ce sens, l’amour particulier est à peu près équivalent à la dépendance qui engendre le mépris ou la haine.

 

Réponse, voir Saint-Esprit

 

résurrection

éveil du rêve de mort; le changement total d’esprit qui transcende l’ego et ses perceptions du monde, du corps et de la mort et nous permet de nous identifier entièrement à notre véritable Soi; renvoie aussi à la résurrection de Jésus.

 

rêve

état d’après la séparation dans lequel le Fils de Dieu rêve un monde de péché, de culpabilité et de peur et croit que celui-ci est la réalité et que le Ciel est le rêve; le Fils, étant le rêveur, est la cause du monde qui en est l’effet, bien que la relation entre cause et effet apparaisse inversée dans ce monde, où il semble que nous sommes l’effet ou la victime du monde; quelquefois utilisé pour indiquer les rêves endormis, bien qu’il n’y ait pas de vraie différence entre eux et les rêves éveillés, car les deux appartiennent au monde illusoire de la perception;

voir: rêve heureux

 

rêve heureux

la correction du Saint-Esprit du rêve de douleur et de souffrance de l’ego; bien qu’encore illusoire, le rêve heureux mène au-delà de toutes les autres illusions à la vérité; il est le rêve de pardon dans lequel le monde réel est finalement vu et le salut est atteint.

 

rire

le Cours nous demande de ne pas prendre l’ego et son monde au sérieux, car cela les rend réels dans notre esprit; plutôt, il nous enjoint de rire avec douceur du système de pensée de l’ego et de toutes ses conséquences apparentes, pour, à la fin, nous rappeler de rire de “la minuscule et folle idée”.

 

S 


 

sacrifice

croyance centrale dans le système de pensée de l’ego: quelqu’un doit perdre pour qu’un autre gagne; principe d’abandonner pour recevoir (donner pour recevoir); par exemple, pour recevoir l’Amour de Dieu nous devons payer un prix, normalement sous forme de souffrances pour expier notre culpabilité (péché); pour recevoir l’amour d’autrui, nous devons payer avec un marché d’amour particulier; c’est le renversement du principe du salut ou de justice où personne ne perd et tous gagnent.

 

Saint-Esprit

la troisième personne de la Trinité, décrite dans le Cours au sens métaphorique comme Réponse de Dieu à la séparation; il est le Lien de Communication entre Dieu et Ses Fils séparés qui jette le pont sur le fossé entre l’Esprit du Christ et notre esprit divisé; il est le souvenir de Dieu et de Son Fils que nous avons emporté dans notre rêve, Celui Qui voit nos illusions (perceptions) et nous mène à travers elles à la vérité (connaissance); la Voix pour Dieu Qui parle pour Lui et pour notre vrai Soi et nous rappelle l’Identité que nous avons oubliée; aussi appelé Pont, Consolateur, Guide, Médiateur, Enseignant et Traducteur.

 

salut

l’Expiation ou le défaire de la séparation; nous sommes “sauvés” de notre croyance à la réalité du péché et de la culpabilité par le changement d’esprit qu’amènent le pardon et le miracle.

 

second Avènement

la guérison de l’esprit de la Filialité; le retour collectif à la conscience de notre réalité en tant que seul Fils de Dieu que nous avions lors de notre création – le premier Avènement; précède le Jugement dernier, après lequel ce monde d’illusion prend fin.

 

séparation

la croyance au péché qui proclame une identité séparée de notre Créateur; sembla se produire une fois, l’ego représentant le système de pensée qui émane de cette idée; il en résulte un monde de perception et de forme, de douleur, de souffrance et de mort, réel dans le temps, mais inconnu dans l’éternité.

 

Soi

notre véritable Identité en tant que Fils de Dieu; synonyme du Christ, la deuxième personne de la Trinité; contrasté au soi égoïque que nous avons fait comme substitut à la création de Dieu; quasiment jamais utilisé pour faire allusion au Soi de Dieu.

 

souffrance

un des témoins fondamentaux de l’ego qui veut que le corps soit réel et le pur-esprit n’existe pas, étant donné que le corps semble ressentir souffrance ou douleur; souffrir, donc, c’est nier Dieu, alors qu’être conscient de notre véritable invulnérabilité en tant que Fils de Dieu veut dire nier la réalité de la douleur;

note: souffrance et douleur sont utilisées pratiquement comme synonymes.

 

souvenir de Dieu

dernière étape de l’Expiation qui découle du fait de voir la face du Christ dans tous nos frères; précède le dernier pas que Dieu fait Lui-même; nous nous souvenons de Dieu par le pardon qui défait toute croyance à la séparation qui nous a obscurci Sa Présence.

 

T 


 

Trinité

l’unité de Ses Niveaux n’est pas compréhensible en ce monde; consiste premièrement en Dieu le Père et Créateur, deuxièmement en Son Fils, le Christ, notre véritable Soi, dont font partie nos créations, et troisièmement en le Saint-Esprit, la Voix pour Dieu.

 

U 


 

unité

connaissance: la réalité de Dieu et du Christ, Dont l’unité parfaite constitue le Ciel;

perception: se reflète dans le monde par le pardon, le défaire de notre croyance à des intérêts séparés; notre jonction avec autrui par le défaire de nos pensées de particularité est simplement l’acceptation de notre unité inhérente en tant que Fils de Dieu; partager ce but de pardon est notre seule fonction et reflète notre fonction de création au Ciel;

voir: Unité d’esprit

 

Unité d’esprit

l’Esprit de Dieu ou du Christ; l’extension de Dieu qui est l’Esprit unifié de la Filialité; comme elle transcende la justesse et la fausseté d’esprit, elle n’existe qu’au niveau de la connaissance et du Ciel.

 

V 


 

vérité – illusion

quelque chose est soit vrai ou faux, soit réalité ou illusion; il ne peut y avoir de compromis: nous sommes soit créés par Dieu, soit faits par l’ego; ce principe explique pourquoi il n’y a pas d’ordre de difficulté dans les miracles, car tout ce dont il est besoin pour que la guérison ou le miracle se produise, c’est de passer des illusions de l’ego à la vérité du Saint-Esprit.

 

vision

la perception du Christ ou du Saint-Esprit qui voit, au-delà du corps, le pur-esprit qui est notre véritable Identité; la vision du pardon et de l’impeccabilité par laquelle est perçu le monde réel; purement intérieure, elle reflète la décision d’accepter la réalité au lieu de la juger; changement d’attitude du but qu’a l’ego pour le corps (particularité) vers le but du Saint-Esprit (pardon), et donc à ne pas assimiler à la vue physique.

 

Voix pour Dieu: voir Saint-Esprit.

 

[ Facim ][ Contact ][ Plan du site ][ Don ]

Copyright [2021-2024] pour la Fondation pour Un cours en miracles®, tous droits réservés.