Question 385 — Est-ce la prière qui a guéri une tumeur, ou était-ce une erreur de diagnostic?

Q : On a diagnostiqué un cancer du poumon chez mon compagnon/ma compagne au début du mois de mars. Mercredi dernier, la tumeur a été retirée chirurgicalement pour découvrir que non seulement la tumeur n’était pas dans son poumon, mais qu’elle était bénigne. Tout le monde dit que c’est un miracle ... que la prière a changé la tumeur. En tant qu’étudiant(e) d’Un cours en miracles, j’ai honte de vous dire que je pense que les médecins ont mal diagnostiqué la tumeur au départ. Je pense que les médecins sont toujours à la recherche d’un cancer et donc qu’ils le trouvent partout. Mon manque de foi me fait culpabiliser. Avez-vous des mots de réconfort ou de sagesse pour moi?

 

R : Il y a une supposition implicite dans votre question dont vous n’êtes peut-être pas conscient. C’est qu’il est en quelque sorte plus spirituel de croire que la prière a changé la tumeur que de croire qu’il y a eu une erreur de diagnostic dès le début. Du point de vue du Cours, ni l’un ni l’autre ne sont vrais! Sauf dans de très rares exceptions chez ceux qui ont guéri leur esprit, les symptômes de la maladie dans le corps ne sont jamais que des ombres de la culpabilité dans notre esprit, projetées sur le corps. La maladie reflète toujours le choix dans l’esprit de se considérer comme une victime de forces qui sont indépendantes de sa volonté. Et nous faisons tous le choix d’être victimisés maintes fois au cours de notre vie – la maladie n’étant qu’une expression particulière de ce choix – puis nous oublions que nous avons fait ce choix, comme défense contre la vérité de qui nous sommes en tant qu’esprit (L-I.136.2-4).

Étant donné que chaque symptôme représente un choix dans notre esprit à chaque instant, nous pouvons également faire un choix différent à chaque instant suivant. Le choix initial pour la maladie est fait avec l’ego. Le choix d’une expérience différente peut être fait avec l’ego ou le Saint-Esprit, selon notre but. Si nous identifions la culpabilité dans notre esprit derrière le symptôme et apportons cela au Saint-Esprit pour la guérison, alors le symptôme diminuera ou disparaîtra, car nous ne ressentirons plus le besoin de nous punir. Il est possible que ce changement se produise sans que nous en soyons pleinement conscients, bien que le but du Cours soit de rendre notre prise de décision plus consciente.

L’alternative est de faire simplement un choix égoïque différent, sans jamais vraiment aborder la culpabilité enfouie, et donc un symptôme disparaît, pour être remplacé tôt ou tard par un autre symptôme, peut-être similaire, mais peut-être pas. C’est ainsi que nous vivons tous notre vie lorsque nous sommes identifiés à notre ego, passant d’un problème à un autre, semblant perdre notre paix à chaque problème, ressentant un sentiment de soulagement quand il est apparemment résolu, puis perdant apparemment notre paix avec le problème suivant, sans jamais être en contact avec la véritable cause de notre perte de paix la décision continuelle de nous considérer comme séparés de l’amour.

J’espère que ce qui ressort de cette explication, c’est que Dieu et la foi n’ont rien à voir avec la guérison des symptômes physiques. C’est la partie décisionnelle de notre esprit avec laquelle la plupart d’entre nous sommes rarement en contact qui est responsable de l’apparition et de la disparition des symptômes. À la lumière de cela, il peut également être mis en évidence qu’au niveau de la forme, le fait que le symptôme ait été un cancer et qu’il ait ensuite changé ou qu’il n’ait jamais vraiment été un cancer est vraiment hors de propos. La seule question que nous devons nous poser, en tant qu’étudiants du Cours, lorsque nous sommes conscients que nous réagissons à nos propres symptômes ou à ceux d’autrui, est celle-ci: “Avec quel enseignant est-ce que je désire apprendre la leçon que ce symptôme apporte?” Si je choisis l’ego, ma leçon sera que la culpabilité et la punition sont réelles. Si je choisis le Saint-Esprit, ma leçon sera que j’ai maintenant l’occasion de faire un choix différent au sujet de la culpabilité que je crois être enfouie dans mon esprit, la libérant à la lumière guérisseuse du pardon plutôt que de continuer à m’y accrocher et de la projeter sous une forme déguisée.

 

[ Audio ]

[ Facim ][ Contact ][ Plan du site ][ Don ]

Copyright [2021-2024] pour la Fondation pour Un cours en miracles®, tous droits réservés.