Question 256 — Est-ce en quelque sorte “faux” si je demande plus d’argent à mon patron?

Q : Il m’est difficile de savoir ce qui vient de l’esprit faux et ce qui vient de l’esprit juste dans ma relation avec mon patron. J’essaie de mettre en pratique les principes de générosité, de tolérance et de patience décrits dans le manuel pour enseignants, mais nous avons un problème de communication en ce qui concerne mon salaire. Ce que je gagne varie selon ses caprices, et je me sens impuissante et estime que je ne gagne pas assez. J’ai peur de perdre mon emploi si je demande ce que je pense vraiment mériter. Bien que l’argent ne soit pas tout à mes yeux, j’ai lu dans le supplément Psychothérapie qu’un guérisseur non guéri peut bien demander de l’argent quand le Saint-Esprit ne le conseillerait pas.

 

R : Il est important de se rappeler, quand on étudie le Cours, qu’il s’adresse à nous à différents niveaux. Nous apprenons à défaire le système de pensée de l’ego auquel nous nous sommes identifiés tout en apprenant une façon de percevoir tout à fait nouvelle. Nous semblons avoir un pied dans deux mondes, et cela peut être très déconcertant. L’esprit faux voit le problème comme étant au dehors de l’esprit et produit par quelque chose d’extérieur; dans votre cas, c’est votre patron. L’esprit juste reconnaît que la cause se trouve dans l’esprit et que le monde de formes est l’effet. Il n’accuse aucune circonstance ou quoi que ce soit à l’extérieur de l’esprit. Pour discerner facilement quelle partie de l’esprit vous avez choisie, demandez-vous si vous attribuez la cause de votre contrariété à quelque chose qui se trouve à l’extérieur de vous. Voilà une façon simple pour distinguer l’esprit faux de l’esprit juste. Reconnaître que la cause de n’importe quelle contrariété est un choix dans l’esprit est le début de la façon de penser de l’esprit juste. Ce n’est pas toute l’histoire, mais c’est un début.

Vu que nous croyons encore être des corps séparés et individuels en ce monde, nous devons nous occuper du monde et de nos relations de façon adéquate. Nous faisons ce qu’il faut pour subvenir aux besoins perçus du corps. Il n’y a aucun mal à vous mettre d’accord sur votre salaire avec votre patron. Vous pouvez indiquer honnêtement ce qui, selon vous, serait un salaire correct et, si possible, demander un calendrier des changements afin que votre salaire ne fluctue pas de façon imprévisible. Ceci n’est guère différent de toutes les autres choses que nous faisons pour prendre soin du corps. Il n’y a pas d’indications de comportement au niveau de la forme dans le Cours. Il nous enseigne plutôt à démasquer les pensées et les jugements présents dans notre esprit à propos de nous et d’autrui, afin que l’esprit puisse être guéri. Alors seulement les caractéristiques d’un enseignant de Dieu telles qu’elles sont décrites dans le manuel coulent d’elles-mêmes de l’esprit guéri. Elles ne sont pas là pour être “mises en pratique” tant qu’il y a des croyances sous-jacentes qui leur sont opposées.

La pratique du Cours consiste à trouver toutes les croyances cachées qui opèrent dans votre relation avec votre patron et avec tout le monde. Ce sont les croyances à la séparation, au manque et au fait de pouvoir devenir victime qui rendent particulières toutes les relations. La façon de défaire la particularité consiste à dévoiler les croyances quand on les reconnaît et à les porter au Saint-Esprit pour qu’elles soient transformées. On ne nous demande pas de pratiquer des qualités saintes que nous n’avons pas, tel qu’un détachement des richesses matérielles ou d’autres façons de penser “vertueuses”. On ne nous demande même pas d’être “bons”. (Cela dit, on ne s’attend pas nous plus à ce que nous déviions de notre chemin pour être “mauvais”). Tout ce qui nous est demandé, c’est de regarder nos croyances avec le désir de les laisser être transformées. Ce n’est pas toujours aussi simple qu’il semblerait parce que nous souhaitons tellement nous y cramponner. Ce que l’on nous demande de faire, c’est de prendre conscience de notre attachement à ces croyances et de constater à quel point nous ne voulons pas qu’elles soient changées. Nous nous y accrochons malgré la culpabilité et la douleur qu’elles provoquent. En fait c’est à cause de la culpabilité et de la douleur que nous y tenons. C’est ce qui dans le Cours est appelé l’attraction de la culpabilité:

“L’attraction maladive de la culpabilité doit être reconnue pour ce qu’elle est. Puisqu’elle a été rendue réelle pour toi, il est essentiel que tu la regardes clairement et que tu apprennes, en lui retirant ton investissement, à en lâcher prise” (T-15.VII.3:1-2).

C’est ainsi que le Saint-Esprit nous guide. Il n’impose pas Son système de pensée, et aucun comportement dans le monde n’est requis. En dessous de tous nos soucis d’argent, de pauvreté et d’injustice se trouve le sentiment de manque et de privation qui découle de la croyance que notre séparation d’avec Dieu s’est véritablement accomplie. Voilà la croyance fondamentale que le Saint-Esprit nous invite à remettre en question. C’est la croyance qui sous-tend le conflit entier avec votre patron.

En essayant d’arriver à un accord avec votre patron concernant votre salaire, vous pouvez appliquer les enseignements du Cours en regardant tout à fait honnêtement ce que vous ressentez, et les pensées de jugement qui se présentent à vous. Ces pensées et sentiments représentent le choix de vous identifier au système de pensée de l’ego dans votre esprit, et c’est là qu’il est besoin de guérison. Quand ils sont portés à la lumière du Saint-Esprit, ils sont transformés petit à petit et remplacés par Sa paix. Alors seulement la question de plus ou moins d’argent n’aura plus d’importance, et la générosité, la tolérance et la patience remplaceront toute peur. Jusqu’à ce que vous ayez atteint ce point, être honnête avec vous-même quant à vos besoins perçus, et être honnête avec votre patron en tâchant de trouver un accord sont les meilleures leçons pour pratiquer le Cours. Croire qu’un accord est possible veut déjà dire reconnaître que, dans une certaine mesure, vos intérêts et ceux de votre patron ne sont pas séparés. C’est là que commence la guérison.

 

[ Audio ] 

 

[ Facim ][ Contact ][ Plan du site ][ Don ]

Copyright [2021-2024] pour la Fondation pour Un cours en miracles®, tous droits réservés.