Question 46 — Nos sentiments

Q : Que dit le Cours à propos des sentiments? Je sais qu’il stipule que nous ne devrions pas les nier. Pourriez-vous élucider cela? Devrions-nous écouter ce que nous disent nos sentiments?

 

R : Sentiments est un terme peu utilisé dans le Cours, puisqu’il est centré sur les pensées. Mais pour accéder à nos pensées, il est très important d’être en contact avec nos sentiments. Si nous n’avons pas conscience de la façon dont nous nous sentons, nous sommes beaucoup plus éloignés de nos pensées. Donc l’une des premières étapes pratiques que peut entreprendre un étudiant du Cours, c’est de se rendre de plus en plus compte comment il se sent. Souvent, cela s’avère être un processus douloureux, puisque la plupart du temps nous nions nos émotions douloureuses. Lorsque nous permettons à ces émotions de monter à la surface, nous sommes tentés de les refouler parce qu’elles sont désagréables. Certains ne nient et ne refoulent que certaines émotions particulières comme la colère, le chagrin ou la jalousie. La société nous enseigne ce que nous “devrions” et “ne devrions pas” ressentir, puis arrive le Cours et, en tant que chercheurs spirituels, nous nous imposons des “tu devrais” et “tu ne devrais pas” supplémentaires. Il n’est pas surprenant que personne ne sache comment il se sent!

Une fois que nous sommes en contact avec ce que nous ressentons, nous pouvons entamer le processus de découvrir la pensée qui a causé l’émotion. Nous n’avons pas besoin de mettre nos chapeaux à la “Sherlock Holmes” et assidûment aller à la recherche de ces pensées, car trop intellectualiser le processus ne devient qu’un obstacle de plus. Cherchez de votre mieux dans votre esprit, mais ce qui est plus important, c’est de donner à Jésus ou au Saint-Esprit votre désir d’apprendre quelle est la pensée sous-jacente. Dans la plupart des cas, même quand il s’agit de colère, vous allez constater que vos pensées ont quelque chose à voir avec une sorte de perte. Et quand la pensée est rendue consciente, vous avez le choix de la changer ou non. Mais au moins vous aurez trouvé la véritable source de votre souffrance. Ce n’est pas quelque chose en dehors de vous, mais ce sont plutôt les pensées dans votre intérieur.

Comme Jésus nous dit dans le texte:

“C’est la seule chose que tu aies besoin de faire pour que la vision, le bonheur, la délivrance de la douleur et l’évasion complète hors du péché, te soient tous donnés. Ne dis que ceci, mais en le pensant vraiment et sans réserve, car là réside le pouvoir du salut:

Je suis responsable de ce que je vois.
Je choisis les [pensées et] sentiments que j’éprouve, et je décide quel but je voudrais atteindre.
Et tout ce qui semble m’arriver, je le demande, et je reçois comme j’ai demandé.

Ne t’y trompe plus, tu n’es pas impuissant face à ce qui t’est fait. Reconnais seulement que tu as fait erreur et tous les effets de tes erreurs disparaîtront” (T-21.II.2:1-7).

 

[ Audio ] 

 

[ Facim ][ Contact ][ Plan du site ][ Don ]

Copyright [2021-2024] pour la Fondation pour Un cours en miracles®, tous droits réservés.