...
Question 133 — Que signifient les maladies comme le Syndrome de Gilles de la Tourette (SGT)?

Q : Si la pensée précède l’émotion, par exemple la colère, comme le postule Un cours en miracles, qu’en est-il des épileptiques ou de ceux qui sont atteints par le syndrome de Gilles de la Tourette et qui apparemment ont des attaques de colère sans pensée préalable, c’est-à-dire dont la réaction semble être physiologique plutôt que psychologique.

 

R : La pensée dans le Cours est toujours une fonction de l’esprit qui est en dehors du temps et de l’espace. Le corps qui comprend des dimensions physiologiques et psychologiques est une projection de cet esprit. Par conséquent, toutes les conditions physiques et psychologiques sont le résultat d’un choix fait par l’esprit. L’esprit dont il est question dans le Cours n’est ni le cerveau ni l’esprit humain comme en parlent généralement les spécialistes.

Dans une section du manuel pour enseignants à propos de la maladie et de la guérison, Jésus nous enseigne que la maladie est «une approche erronée en résolution de problèmes» (M-5.II.1:5), et en tant que telle est une décision prise dans l’esprit. Il continue:

“La résistance est énorme qui empêche de reconnaître cela, parce que l’existence du monde tel que tu le perçois dépend de ce que le corps soit le décideur. Des termes comme “instincts”, “réflexes” et autres, représentent des tentatives pour doter le corps de motivations non mentales. De fait, de tels termes ne font qu’énoncer ou décrire le problème. Ils n’y répondent pas” (M-5.II.1:7-10).

En général, les explications du Cours sur la colère ne visent pas le type de colère généré par des crises d’épilepsie ou le SGT. Toutefois, ces conditions physiologiques sont elles-mêmes le résultat d’un choix fait dans l’esprit, comme c’est le cas pour toute maladie ou invalidité:

“La maladie est colère passée sur le corps, afin qu’il souffre” (T-28.VI.5:1).
“La maladie est une défense contre la vérité” (L-I.136).

Aussi difficile que cela soit à accepter, c’est une mine de véritable espoir, car en nous tournant vers Jésus ou le Saint-Esprit nous pouvons recevoir de l’aide pour regarder la douleur dans notre esprit dont émanent tous les états du corps comme des tentatives mal adaptées pour nous défendre contre cette souffrance énorme. Lorsque nous sommes de nouveau en contact avec notre capacité de décider dans notre esprit, nous pouvons faire le choix qui rendra à notre conscience l’amour éternel et la paix dans lesquels nous avons été créés.

 

[ Audio ] 

 

[ Facim ][ Contact ][ Plan du site ][ Don ]

Copyright [2021-2024] pour la Fondation pour Un cours en miracles®, tous droits réservés.